LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Musées

Cathédrales, le Centre des musées nationaux ouvert à la réflexion

Bernard Hasquenoph | 1er/02/2018 | 17:46 |


Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, se dit ouvert à discuter de l’affectation des recettes générées par la visite partielle des cathédrales qui, curieusement, ne profitent pas à leur restauration.

01.02.2018 | « IL FAUT D’URGENCE faire payer l’entrée des cathédrales. On est le seul pays où leur accès est gratuit ». On se souvient de la volée de bois vert que Stéphane Bern s’est pris en lancant cette idée en novembre dernier, dans le cadre de la mission de réflexion sur le sauvetage du patrimoine que lui a confiée le Président Emmanuel Macron. Réactions hostiles de politiques et rejet immédiat de l’Eglise catholique qui, via un communiqué de la Conférence des évêques de France, a rappelé son attachement à un accès libre de monuments considérés avant tout comme des lieux de prière : « Les cathédrales sont des lieux d’expression d’une foi vivante, pas des musées ». Devant la fronde, Stéphane Bern a remballé (provisoirement) son idée. Blessé, il pensa même à renoncer à sa mission.

Pourtant l’argent circule déjà bien dans les cathédrales. Plusieurs parties, non cultuelles, sont ouvertes à la visite contre un droit d’entrée payant, circuits gérés non par l’Eglise mais par le Centre des monuments nationaux (CMN). C’est le cas des cathédrales d’Amiens (tours et trésor), de Bourges (tour et crypte), de Chartres (tour et trésor), du Puy-en-Velay (cloître), de Paris (tours), de Reims (tours), de la basilique-cathédrale de Saint-Denis et de Tours (cloître de la Psalette). Mais curieusement, ce que nous a confirmé ce matin en conférence de presse son président Philippe Bélaval qui présentait les projets à venir de son établissement, les recettes, qui peuvent être substantielles, retombent dans l’escarcelle du CMN sans du tout être réinvesties pour la restauration de ces mêmes cathédrales pourtant en grand besoin, à la charge de l’Etat.

Recettes 2016 / Cathédrales CMN
Amiens 23 130 €
Bourges 108 248 €
Chartres 85 720 €
Puy-en-Velay 102 065 €
Paris 2 551 718 €
Reims 18 743 €
Saint-Denis 689 806 €
Tours 32 332 €
*

PNG - 710.3 ko
Conférence de presse de Philippe Bélaval, Paris, 01.02.2018

A la question de savoir s’il n’y a pas un hiatus, surtout concernant Notre Dame de Paris dont les tours recoivent un très grand nombre de visiteurs (436 891 en 2017 pour un droit d’entrée de 10 euros en tarif plein) et éventuellement Saint-Denis (127 319 visiteurs/9€) et Reims (94 109 visiteurs/8€), M. Bélaval a reconnu avec franchise que oui, admettant que « la situation mériterait une remise à plat » [1]. Que ce soit l’insitution qu’il préside, l’Etat ou l’Eglise, il estime que personne ne craint de « soulever le sujet », en le qualifiant toutefois d’« extrêmement difficile » du fait du caractère religieux de bâtiments soumis à la loi de séparation des Églises et de l’État, dite de 1905. C’est pourquoi, il reproche à Stéphane Bern « d’avoir lancé l’idée de manière un peu brutale », celle d’en faire payer l’entrée.

Si, donc, le CMN n’est pas opposé à une redistribution des recettes générées par les visites partielles des cathédrales, son président évoque cependant une situation « pleine de zones d’ombres » taclant cette fois gentiment l’Eglise. Car si, dans son communiqué, celle-ci rappelle très justement que la loi de 1905 interdit elle-même de faire payer l’entrée des lieux de culte - « La visite des édifices et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance » (art.17) -, elle omet de préciser qu’elle fait déjà payer ici ou là l’accès aux cryptes et autres trésors (4€ à Notre Dame de Paris) « au mépris des principes de la loi de 1905 » selon Philippe Bélaval, des services (5€ l’audioguide pour une visite commentée de la cathédrale de Paris) et tient partout boutiques. Toujours est-il que le moment est sans doute venu d’éclaircir la situation, au bénéfice de l’entretien des cathédrales. Tout le monde serait gagnant. Le CMN y est ouvert.

:: Bernard Hasquenoph | 1er/02/2018 | 17:46 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT



VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES

[1] Les autres cathédrales concernées recevant un relativement faible nombre de visiteurs, le sujet est moins sensible : Amiens (12.192 visiteurs en 2017), Chartres (6.714 contre 27.876 en 2016), Puy-en-Velay (30.132).



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]