LOUVRE POUR TOUS

Accueil > Visites de presse

Le Musée des impressionnismes Giverny à l’heure japonaise

Bernard Hasquenoph | 25/06/2018 | 09:58 |


Le Musée des impressionnismes Giverny consacre une saison à l’influence du Japon sur les peintres impressionnistes et post-impressionnistes, s’inscrivant dans le cadre des festivités Japonismes 2018, qui marque le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France.

JPG - 67.4 ko
Mary Cassatt

25.06.2018 | COMMENT, AU 19ÈME SIÈCLE, LES PEINTRES de nos latitudes ont succombé à la mode du Japon sans jamais y être allés et manifestement, sans même le désir de s’y rendre. C’est le propos, en filigrane, de cette exposition qui permet d’admirer des oeuvres de toute la génération impressionniste et post-impressionniste, en regard de leurs propos collections de japonaiserie.

Une déferlante qualifiée par certains critiques, par moquerie, de japoniaiserie - toutes les modes ont leur excès -, y voyant les derniers feux de l’Orientalisme alors qu’il s’agissait d’un bouleversement préfigurant les révolutions esthétiques à venir.

C’est suite à l’ouverture au monde du Japon entre les années 1858 et 1868 que l’Occident (re)découvre ce pays lointain et qu’à la faveur des échanges diplomatiques et commerciaux noués notamment avec la France - anniversaire célébré cette année à travers la manifestation Japonismes 2018 - que les artistes sont saisis par les estampes nés de la pratique de l’ukiyo-e qu’ils découvrent, à Paris, lors de l’Exposition universelle de 1867.

<h6>Estampes japonaises, collections particulières</h6>

JPG - 154.7 ko
Estampes japonaises, collections particulières / Eventails

L’intérêt qu’ils y portent est moins culturel qu’esthétique, surtout quand on sait que cette forme graphique n’était pas considérée comme du grand art au Japon, étant assimilée à une certaine trivialité de par ses sujets ultra quotidiens. Pour les artistes occidentaux, cela rejoint leur désir de s’affranchir d’un enseignement artistique, incarné par les Beaux-Arts de Paris, perçu comme trop académique et devenu étouffant. Aplat de couleurs, absence de modelés, teintes vives, ligne marquée… Autant d’éléments plastiques qui permettent de remettre en question un apprentissage usé et d’explorer de nouvelles façons de représenter le monde.

Pour nourrir leur inspiration, les artistes se font collectionneurs. D’objets et d’estampes acquis auprès de marchands spécialisés en import d’extrême-orient, le plus connu restant Siegfried Bing. Plus qu’un simple commerçant, celui-ci organise en 1890 à l’École des Beaux-Arts de Paris, ce qui ne manque pas d’ironie, une exposition remarquée de gravures japonaises (pour la bonne cause puisqu’« au profit de l’Alliance française, pour la propagation de la langue française »). Bing ouvre une boutique rue Chauchat, au nom de Fantaisies japonaises. Toute la fine fleur des artistes français passe par là. L’exposition présente les estampes issues de plusieurs de ces collections particulières. Une avalanche de noms qui montre à quel point cette passion était partagée : Edouard Vuillard, Claude Monet (qui possédait notamment la fameuse Vague d’Hokusai), Vincent Van Gogh, Edgar Degas, Pierre Bonnard…

<h6>Portrait d'Emile Zola, par Manet</h6>

JPG - 224 ko
Portrait d’Emile Zola, par Manet / Affiche de Toulouse-Lautrec

Le Japon s’incruste dans les toiles de ces nouvelles générations d’artistes, s’affirmant comme une présence littérale et manifeste. Accessoires - vases, ombrelles, lampions... - et estampes sont introduits et représentés directement dans le décor, tel le célèbre portrait de Zola par Manet. Ou via l’accoutrement de modèles, avec une prédilection pour le kimono, les peintres (masculins) s’appropriant un imaginaire érotique lié à l’univers des geishas, fantasmatique car bien éloigné de la réalité. Jusqu’à l’utilisation renouvelée du support de l’éventail - tellement utilisée au 18e siècle -, dans un cadre néanmoins intime, comme cadeau aux proches. L’exposition en présente plusieurs, de Pissarro, Gauguin, Giuseppe de Nittis ou de Maximilien Luce représentant le Louvre...

JPG - 171.7 ko
A gauche, Caillebotte

Moins anecdotique et d’une influence plus profonde, on scrute, devine et constate le réemploi et la réinterprétation des styles et des formes de l’art japonais. C’est frappant dans l’art de l’affiche porté jusqu’à l’excellence par un Toulouse-Lautrec, qui jette ainsi les bases du graphisme moderne. Nombreux sont celles et ceux qui s’essaient à l’estampe japonisante, particulièrement Henri Rivière qui l’applique aux paysages parisiens - même à la tour Eiffel - ou Mary Cassatt avec ses délicates scènes d’intérieur. La nature devient motif, autosuffisant, comme chez Caillebotte ou Monet, prétexte sans fin au jeu de la lumière et des couleurs, annonçant l’abstraction. Van Gogh aurait-il pu inventer un univers si personnel sans son ingestion de l’art japonais ? On en doute. Même chose pour Gauguin. Un appétit pour l’ailleurs revivifiant qui rappelle à quel point “l’art français”, quelle que soit l’époque, s’est enrichi d’apports étrangers.


HIRAMATSU À GIVERNY
En retour, découverte émerveillée du peintre japonais Hiramatsu qui, en voyage en France en 1994, sera bouleversé par les Nymphéas de Monet vues au musée de l’Orangerie et par sa découverte de Giverny. Le Musée des impressionnismes Giverny lui consacre un accrochage pendant quelques mois.

:: Bernard Hasquenoph | 25/06/2018 | 09:58 |

© Louvre pour tous / Interdiction de reproduction sans l'autorisation de son auteur, à l'exception des textes officiels ou sauf mention expresse

RETOUR HAUT DE PAGE

EN COMPLÉMENT

INFOS PRATIQUES

- Expo Japonismes / Impressionnismes, 30 mars-15 juillet 2018
- Expo Hiramatsu à Giverny, 30 mars-4 novembre 2018
- Tarifs : 7,5€/5€/3,5€
- Catalogue Japonismes / Impressionnismes, dir. Marina Ferretti Bocquillon, éd. Gallimard/Musée des impressionnismes Giverny, 2018, 29€
- Musée des impressionnismes Giverny, 99 rue Claude Monet, 27620 Giverny
- www.mdig.fr
- RSN : Facebook /Twitter @MuseeGiverny / #JaponismesImpressionnismes

Conditions de visite :: 29 mars 2018, sur invitation de l’agence Anne Samson Communications : transport, visite, catalogue.


VOS COMMENTAIRES


LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé dans le respect des lois et règlements en vigueur et du droit des personnes.



NOTES



RECHERCHER DANS TOUT LE SITE

Version imprimable de cet article Version imprimable

PAR LE FONDATEUR DE LOUVRE POUR TOUS


EN LIEN

DANS LA MÊME RUBRIQUE

28.07.2018 | Le Moal fait de la non-figuration à Quimper

17.07.2018 | La Bretagne tchèque est à Quimper

2.07.2018 | <h6>Autoportrait, Picasso, 1917-1918</h6>Au musée Fabre, Picasso in progress

19.06.2018 | Plein Soleil depuis Saint-Nazaire

9.06.2018 | Mallet-Stevens prend la pose à la Villa Cavrois

20.01.2018 | <h6>Portemanteau Thonet</h6>La Fabrique des Savoirs se meuble en Thonet

7.01.2018 | L’émouvant ordinaire du soldat s’expose au musée de l’Armée

19.11.2017 | <h6>Dessin de Georges Horan-Koiransky</h6>Dessiner Drancy, déjà l’enfer

14.10.2017 | <h6>Hubert Robert (1733-1808)</h6>Hubert Robert, fabricant de jardins

9.10.2017 | Rambouillet, une jeunesse retrouvée

15.09.2017 | Le musée de la Chasse accourt à Champlitte

16.08.2017 | Rodtchenko à Colmar, la Factory soviétique

9.08.2017 | <h6>A la Cité</h6>Aubusson, modernité de la tapisserie

1er.07.2017 | <h6>MOF en scène : des mots et des mains</h6>Les MOF entrent en scène aux Arts et Métiers

8.06.2017 | Julien Salaud à poil et à plume à Cadillac

15.05.2017 | Le château de Châteaudun fait tapisserie

6.05.2017 | Maisons des Illustres, un guide pas cher pour plein d’idées de visites

20.01.2017 | L’hôtel de Brienne se visite

4.01.2017 | Notre-Dame déroule son Tapis du Choeur

28.12.2016 | Marie Madeleine en extase à Brou

21.11.2016 | Le MAMC de Saint-Étienne, le musée qui aimait les artistes

14.11.2016 | Le musée de la Chasse in et out, du Marais à Rentilly

9.11.2016 | La Mésopotamie au Louvre-Lens

8.10.2016 | Otto Dix au musée Unterlinden

4.10.2016 | Hergé au Grand Palais

2.10.2016 | L’oeil de Baudelaire au musée de la Vie romantique

22.09.2016 | Du nouveau dans les musées d’Orléans

19.08.2016 | Périple normand en Impressionnisme




UNE CITATION, DES CITATIONS
« En France, on travaille dans le service public, en Amérique, on travaille pour le public » Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, TÉLÉRAMA | 14.09.16
d'autres citations [...]